Les 4 méthodes des Etats pour confisquer votre or

Si vous investissez dans les métaux précieux, vous vous êtes forcément déjà posé la question : et si l’Etat me confisquait mon or ? C’est le scénario du pire, et quiconque a ouvert un livre d’Economie sait qu’il est fondé sur de multiples exemples historiques. A notre époque, faut-il encore craindre ce genre de malversations, ou bien les confiscations étatiques ne sont-elles plus que des vestiges du passé ? Dans leur rapport In Gold We Trust 2021, Ronald-Peter Stöferle et Mark J. Valek nous donnent à réfléchir…

Qui en veut à votre or ?

L’or est un métal précieux. Si vous détenez de l’or sous une forme ou sous une autre, vous vous exposez à être volé, légalement ou non. Des pilleurs de tombes aux représentant de l’Etat en passant par les voleurs de bijoux à l’arrachée, tout le monde en veut à votre or. Une situation qui perdure depuis… des millénaires.

En tant qu’investisseur, votre travail consiste donc à élaborer et mettre en œuvre ce que j’appelle dans mon livre « une stratégie d’entée ». Du choix du produit aurifère aux modalités de stockage (à domicile, en coffre de banque, en dehors du système bancaire, en France ou à l’étranger), les choix que vous ferez ne seront pas sans conséquence sur la « sortie » de votre position, si d’aventure la situation tourne au vinaigre et que l’Etat français recourt à des mesures qui piétinent le droit de propriété.

Vous pensez que cela ne saurait arriver dans un pays tel que le nôtre ? Alors je vous renvoie au 5ème chapitre de mon bouquin dans lequel je reviens sur le cas de la France, de John Law à la IVe République (1720-1948).

Vous me répondrez peut-être que le monde d’aujourd’hui n’est plus exactement le même que celui de la fin des années 1940, et que le risque de confiscation étatique ne se pose plus tout à fait dans les mêmes termes. C’est vrai.

Mais pour se faire une idée raisonnable de ce qui pourrait nous attendre à l’horizon, on ne peut pas faire l’économie de regarder dans le rétroviseur. C’est justement ce qu’ont fait Stöferle et Valek (S&V) dans le 8ème chapitre de la 15ème édition de leur rapport In Gold We Trust.

Les 4 méthodes de l’Etat pour « confisquer » vos métaux

Au travers de cette étude, les deux Autrichiens s’attachent à cerner les motivations et les motifs (« patterns ») qui reviennent dans le cadre des « confiscations » étatiques intervenues de par le monde au fil des siècles. Leur objectif est de proposer à leurs lecteurs « des prédictions calculées sur la probabilité que les lingots, les contrats à terme sur l’or ou les ETF soient confisqués au cours de la prochaine décennie. »

C’est moi qui mets le terme « confiscations » entre guillemets car je vais l’employer par abus de langage comme un terme englobant les différents moyens par lesquels l’Etat a historiquement restreint le droit de propriété vis-à-vis de l’or détenu par le secteur privé. Voici la liste qu’en dressent S&V :

  • « (1) la convertibilité des billets de banque ou des dépôts bancaires adossés à l’or peut être suspendue ;
  • (2) les clauses relatives aux produits aurifères peuvent être déclarées invalides ;
  • (3) des restrictions relatives à la propriété privée de produits aurifères peuvent être imposées par la loi ;
  • (4) la propriété de produits aurifères peut être déclarée illégale. »

« La nature et les types de confiscation de l’or sont multiples, mais chacun d’entre eux constitue une forme de vol », concluent S&V – une opinion que je partage, puisqu’il s’agit d’autant d’atteintes au droit de propriété.

Ce chapitre est celui que j’ai trouvé le plus intéressant du rapport car il nous replonge au cœur de la planète finance en retraçant la genèse du système monétaire international contemporain. Avant d’entrer dans le vif du sujet, je recommande donc à ceux qui ne l’auraient pas encore fait de jeter un œil au feuilleton en 13 parties que j’ai consacré au SMI.

Vous maîtrisez déjà les bases ? Alors débutons avec les Etats-Unis !

Lire la suite de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *