L’Allemagne est le dernier garant d’une certaine forme de rigueur budgétaire et monétaire – en apparence. Mais pendant que ses autorités « font semblant », les Allemands achètent pièces et lingots d’or comme jamais depuis 2008…

L’Allemagne est le seul ancrage qui subsiste de l’orthodoxie monétaire et budgétaire.

Non pas en pratique, car elle tolère les errements criminels des dépenses déficitaires et de l’inflationnisme de la BCE, mais en théorie ou, si on veut, culturellement.

Le jour ou l’Allemagne ne fera même plus semblant de s’opposer à la BCE… ce jour-là, la dérive s’accélérera et sera la grande, la terrible aventure.

L’Europe a cherché un ancrage monétaire en absorbant le deutsche mark (DM), et elle a réussi à rendre le DM flottant, dérivant, fondant. L’idéologie européenne pollue tout ce qu’elle touche.

L’esprit allemand est en retard sur l’avilissement inflationniste des esprits modernes, en ce sens qu’il conserve le souvenir des horreurs passées et de ce qu’il en coûte de déroger à l’orthodoxie et de détruire une société par la monnaie.

Une demande sans précédent depuis 2009

Au cours du premier semestre de l’année, la demande de pièces et de lingots d’or en Allemagne a atteint son plus haut niveau depuis 2009, c’est-à-dire au lendemain de la crise financière de 2008.

Elle a augmenté de 35% par rapport aux six mois précédents, contre une augmentation de 20% dans le reste du monde, selon les données du World Gold Council.

Lire la suite de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *