Depuis le printemps 2020, le cours des matières premières a plus que doublé, laissant le métal jaune loin derrière elles dans le rétroviseur. Cela en fait-il un meilleur investissement que l’or ?

N’étant la « dette de personne », la plupart des actifs tangibles sont perçus par le grand public comme des concurrents à l’or en tant qu’assurance patrimoniale. Au rang des demi-challengers du métal doré, on compte par exemple les bijoux, les diamants, les œuvres d’art, les grands crus viticoles, les bois et forêts, l’immobilier, ainsi que certains autres métaux précieux – dont en particulier l’argent (liste non exhaustive).

Si chacun de ces actifs se situe effectivement « en dehors de la monnaie » (c’est également le cas des cryptoactifs), l’or se distingue cependant de chacun d’entre eux par de nombreux aspects.

Comme je vous ai déjà proposé des comparaisons entre l’or et l’argent et l’or et le bitcoin, le moment est venu de nous intéresser aux matières premières.

Avril 2020 : 9 ans après leur sommet de 2011, les matières premières explosent à la hausse pour ne plus s’arrêter depuis…

A l’heure où j’écris ces lignes, le cours des matières premières (représenté ici au travers d’un graphique du CRB Thomson Reuters/Jefferies, un indice de référence) s’est apprécié d’environ 150% depuis son plus bas d’avril 2020 – un réveil annoncé et confirmé par Ronald Stöferle et Mark Valek.

Lire la suite de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *