La question monétaire se pose .

Elle se pose de façon conjoncturelle , liée au cycle des affaires et de la régulation,

Elle se pose aussi de façon structurelle en raison des changements de doctrine de la banque centrale américaine qui s’écarte de plus en plus de l’orthodoxie, fait de la politique et du social et se donne de nouvelles missions.

Elle se pose enfin de façon historique en raison de la compétition stratégique impériale entre les Etats Unis et la Chine.

Le dollar défend la ligne des 90 au dollar index DXY , le franchissement sous cette ligne ne sera pas indifférent.

25 mai – Bloomberg

«La surabondance de dollars sur les marchés monétaires est maintenant si importante qu’un dispoistif clé pour le placement des espèces à la Réserve fédérale est à des niveaux qui n’ont été observés que pendant les périodes de fin de trimestre agitées. Quelque 54 contreparties distinctes ont parqué un total de 394,9 milliards de dollars auprès de la banque centrale via la facilité d’accord de prise en pension lundi. C’est plus que les 53 soumissionnaires qui ont utilisé ce mécanisme le dernier jour de mars 2020 – au plus fort de la panique pandémique – et le volume global est le plus élevé depuis la fin juin 2017, lorsqu’il atteignait 398,9 milliards de dollars.

25 mai – Financial Times

«Le gestionnaire de fonds milliardaire américain Stanley Druckenmiller a lancé un avertissement apocalyptique plus tôt ce mois-ci disant que le dollar pourrait cesser d’être la monnaie de réserve mondiale prédominante d’ici 15 ans. « Je ne trouve aucune période dans l’histoire où la politique monétaire et fiscale a été aussi décalée par rapport aux circonstances économiques », a déclaré le directeur général de Duquesne Family Office. Il n’est pas le seul à s’inquiéter de la demande excessive aux États-Unis, d’un environnement plus inflationniste et de la faiblesse du dollar qui l’accompagne. Ces inquiétudes ont contribué à la nervosité des marchés boursiers ces deux dernières semaines. Le dollar a survécu à au moins quatre décennies de prévisions de sa disparition. Pourtant, l’opinion de Druckenmiller sur les devises ne doit pas être écartée de manière cavalière.

Bryce Coward via le blog Knowledge Leaders Capital,

Le déficit budgétaire américain en pourcentage du PIB – qui a une corrélation étroite avec le niveau de l’indice du dollar américain – devrait exploser jusqu’en 2022 et au-delà. Le déficit budgétaire en plein essor suggère qu’un niveau de 70 ou 80 de l’indice du dollar américain au cours des prochaines années ne serait pas hors du domaine des possibles. Cela équivaudrait à une nouvelle baisse de 11% à 22% par rapport au cours actuel.

Dollar et déficit budgetaire americain.

Lire la suite de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *