L’institution gardienne de l’euro vient de dévoiler les bénéfices réalisés depuis 2012 dans le cadre des rachats de dette grecque.

La Banque centrale européenne vient de dévoiler un chiffre hautement politique. Les revenus d’intérêts issus des emprunts d’Etat grecs entre 2012 et 2016 rachetés dans le cadre du « SMP » – son programme de soutien aux pays en crise – s’élèvent à 7,8 milliards d’euros. Ce montant est enregistré par l’Eurosystème, c’est-à-dire l’ensemble des banques centrales de la zone euro.

Les profits réalisés au cours de la crise grecque sont redistribués aux 19 banques centrales nationales proportionnellement à leur participation au capital de la BCE. Et il revient aux différents gouvernements de décider s’ils rétrocèdent ou non cet argent à la Grèce. Ces précisions ont été apportées par le président de l’institution, Mario Draghi, dans une réponse, publiée mardi, adressée à des eurodéputés soucieux d’obtenir des détails sur le fameux programme SMP.

A qui appartiennent les bénéfices ?

Le SMP (Securities Market Purchase) a été mis en place en 2010, au moment où a éclaté la crise des dettes souveraines en Europe. Le programme consistait à racheter de la dette d’Etat sur le marché secondaire pour tirer vers le bas les taux et les coûts de financement des Etats pour l’ensemble de la zone.

Lire la suite de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *