Ces derniers temps, des méga-investisseurs vantent les mérites de l’or. Par exemple, le gestionnaire de fonds spéculatifs milliardaire qui a exécuté « l’opération financière la plus lucrative de tous les temps » en 2007 insiste maintenant sur l’opportunité que représentent les métaux monétaires.

John Paulson est devenu célèbre lors de la crise des prêts hypothécaires subprime de 2007-2008, lorsque son fonds a parié gros sur l’effondrement des actifs financiers liés au logement. Il a encaissé pour lui-même et ses investisseurs une plus-value de 20 milliards de dollars.

Pourquoi John Paulson s’est positionné sur l’or

La plus grande opportunité aujourd’hui est peut-être d’échanger une partie de ses actifs papier et numériques pour des actifs tangibles : c’est la thèse d’investissement actuelle de John Paulson.

Dans une interview publiée lundi matin par Bloomberg Wealth, il a fait une prévision choquante pour l’avenir des jetons numériques dont la valeur ne repose sur rien de tangible, et qui font fureur en ce moment : « Les cryptomonnaies, quel que soit l’endroit où elles se négocient aujourd’hui, finiront par s’avérer sans valeur. Une fois que l’exubérance se sera dissipée ou que les liquidités se seront taries, leur prix descendra jusqu’à zéro. »

Indépendamment du fait que les cryptos perdent toute valeur, elles pourraient devenir beaucoup moins précieuses lorsque les spéculateurs et les technophiles passeront à une nouvelle mode.

Bitcoin, Dogecoin et autres ont peu d’utilité au-delà d’être perçus comme des réserves de valeur alternatives. En revanche, l’utilité de l’or et de l’argent physique s’étend bien au-delà de leur rôle historique de monnaie ou de leur potentiel à fonctionner comme monnaie dans le futur.

Même si, comme le prétendent leurs opposants, les métaux précieux ne sont plus pertinents en tant qu’actifs monétaires (malgré le fait qu’ils continuent d’être accumulés par les banques centrales du monde entier), l’or et l’argent sont demandés par les industries de haute technologie, les bijoutiers, les monnaies et d’autres qui apprécient les propriétés physiques des métaux.

John Paulson note qu’il y a « une quantité très limitée d’or d’investissement » par rapport à une masse monétaire en constante expansion, si bien que le métal monétaire connaîtra son heure.

Il prévoit que les prix de l’or seront poussés à la hausse alors que les investisseurs voudront se détourner du cash et des instruments à revenu fixe à faible rendement, à la recherche d’une protection contre l’inflation.

Paulson n’est pas un nouveau venu sur le marché de l’or. Fin 2009, il a engagé une grande partie des actifs de son entreprise dans des investissements liés aux métaux précieux.

« En tant qu’investisseur, je suis devenu très préoccupé par le fait que mes actifs soient libellés en dollars américains, a-t-il déclaré. J’ai cherché une autre devise dans laquelle libeller mes actifs. Je pense que l’or est la meilleure monnaie. »

Lire la suite de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *