Où stocker votre or, outre-Atlantique ?

Les Etats-Unis sont souvent cités en matière de stockage d’or physique. Mais il n’y a pas que chez l’Oncle Sam que vous pouvez vous rendre, de l’autre côté de l’Atlantique. Les auteurs du rapport In Gold We Trust vous proposent une autre destination.

Comme nous l’avons vu dans un précédent billet, les Etats-Unis ne sont pas à court d’arguments du point de vue du stockage d’or physique.

La Constitution américaine garantit en principe un haut niveau de liberté aux habitants de ce pays-continent qui est le quatrième producteur d’or au monde. Pays qui a par ailleurs su protéger ses frontières, et jouit avec le Comex de « l’un des marchés des métaux précieux parmi les plus liquides au monde ».

On pourrait ajouter que les Etats-Unis ont un avantage qui découle de la simple taille du pays. En effet, comme il est immense et que sa population est élevée, la concurrence est rude et « il existe de nombreuses options de stockage pour les pièces et les lingots », comme l’indiquent Ronald-Peter Stöferle et Mark J. Valek (S&V) dans la dernière édition de leur rapport In Gold We Trust.

Seulement voilà…

Les Etats-Unis ne présentent pas que des avantages dans l’optique du stockage de métaux précieux

Tout d’abord, en termes de pistage par le gouvernement, l’épargnant en or n’a pas grand-chose à envier à l’épargnant français, comme le détaillent S&V :

« Contrairement à ce qu’il se passe dans de nombreux pays européens, les achats anonymes d’or sont très rares. Le gouvernement américain exige la déclaration des transactions en espèces supérieures à 10 000 $ via le formulaire 8300. »

Par ailleurs, pour ce qui est des relations entre les Etats-Unis et leurs partenaires, le moins que l’on puisse dire est que la confiance n’est pas en voie de raffermissement lorsqu’il s’agit du gardiennage de leurs réserves officielles. Comme le rappellent S&V :

« Si les Etats-Unis présentent le gros avantage d’un accès direct à l’un des marchés les plus liquides au monde, ils sont rarement cités par les citoyens non américains comme le pays le plus indiqué pour stocker son or. Même d’autres pays, dont l’Allemagne, qui stockaient leur or aux Etats-Unis après la Deuxième guerre mondiale, ont largement rapatrié leur or. »

D’ailleurs, comment évoquer les Etats-Unis sans mentionner le sordide épisode de 1933 ? Voici en quelques lignes l’avis de S&V (qui ont consacré un chapitre entier de leur rapport IGWT 2021 à la question des confiscations) sur le sujet :

« Il s’agit clairement d’un risque à prendre en compte lors du choix d’un lieu de stockage de lingots. Cependant, aujourd’hui, le risque de confiscation de l’or physique est faible par rapport aux normes historiques car le rôle de l’or dans le système monétaire a fondamentalement changé.

De nos jours, l’or sert uniquement de réserve pour les banques centrales et, depuis la fermeture de la fenêtre de l’or le 15 août 1971, il ne joue plus de rôle direct dans le système monétaire. »

Mais les Etats-Unis ne sont pas la seule destination à envisager outre-Atlantique… Cliquez ici pour en découvrir une autre.

D’ailleurs, on notera que, si le Trésor américain détient les plus grandes réserves officielles d’or au monde (8 133 tonnes)…

… le secteur privé américain n’est pas particulièrement porté sur le métal jaune. On estime en effet à un peu plus de 100 grammes par personne les avoirs moyens en or des Américains. C’est presque 5 fois moins qu’en Autriche (486 grammes), et 5 fois moins qu’en Suisse (598 grammes).

In fine, les Etats-Unis sont une bonne solution dans l’absolu, mais pas au regard des autres solutions existantes. Pour S&V, « en ce qui concerne le stockage et la conservation d’or, les Etats-Unis sont en fait une nation moyenne » qui conviendra avant tout à ceux des citoyens américains « qui préfèrent stocker leur or à proximité de chez eux ». Et ce même si les Etats-Unis continuent de figurer « parmi les premières juridictions pour le stockage d’or physique du fait qu’ils n’ont pas d’égal pour la liquidité, la transparence et la profondeur de leur marché de l’or ».

Ceci étant posé, il me reste à vous présenter la dernière solution évoquée dans le rapport IGWT 2021, laquelle vous intéressera en particulier… si vous êtes américain !

Lire la suite de cet article >>>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *